ArticlesLa Relève

Contre le « monde d’après », les jeunes dans la lutte

La période estivale a toujours été une période de repos bien mérité pour les travailleurs et leurs familles: départs à la mer et à la montagne, plus importante prise en charge des enfants, événements culturels… La période estivale rime avec une nouvelle intensification des politiques anti-sociales et anti-populaires menées depuis plus de 30 ans en profitant des départs en vacances. Édouard Philippe a cédé le poste de premier ministre à Jean Castex, un haut fonctionnaire qui a activement participé à la casse de l’hôpital public (introduction de la notion d’objectifs et de rentabilité dans l’hôpital et à une rationalisation des coûts dans le cadre du plan hôpital 2007, qui introduit notamment la tarification à l’activité « T2A »). Plusieurs ministres entrants sont du même gabarit, comme Brigitte Klinkert (qui voulait conditionner RSA à du bénévolat) devient ministre de l’insertion professionnelle et Gerald Darmanin (qui voulait soutenir les commerçants et les artisans touchés par la COVID 19 via un appel aux dons et qui est accusé de 2 viols) devient ministre de l’intérieur. Pour les jeunes, le pire est pour la rentrée.

La pandémie mondiale de Covid-19 a aggravé la crise générale du mode de production capitaliste, intensifiant ses contradictions. Les cours de la bourse dans le monde confirment que l’économie française et plus largement européenne est entrée en récession, fragilisant très fortement l’économie mondiale. La Chine a rebondi quant à elle : ses chiffres mensuels du commerce extérieur ont été salués par les acteurs du marché avec un rebond surprise des exportations pour la première fois de l’année. La situation de l’emploi s’est également aggravée depuis le confinement selon les statistiques du ministère du Travail sur les mouvements de main-d’œuvre publiées jeudi 31 juillet. Et les destructions d’emplois continuent de plus belle. Pour les jeunes, le monde d’après promet d’être plus incertain et plus précaire que celui d’avant.

De plus le nouveau gouvernement s’est engagé dans une accentuation de la répression contre les travailleurs. Fustigeant d’abord « la banalisation de la délinquance du quotidien [qui] exaspère les Français », Jean Castex a annoncé la création de « juges de proximité » qui seront chargés de garantir la « tranquillité publique. » En visite à Nice en juillet dernier, il a également annoncé une extension des compétences de la police municipale pour donner la possibilité à cette dernière d’agir au même niveau que les polices nationales. La police municipale pourra donc faire arbitrairement de contrôles d’identité et avoir accès à certains fichiers de police « pour savoir si les personnes ont déjà commis des infractions. » Pour finir, la reprise généralisée du terme d’extrême-droite « ensauvagement » fait craindre le pire. Pour les jeunes, le monde d’après promet également d’être plus répressif que celui d’avant.

Également l’aggravation de la crise générale du capitalisme aiguise les contradictions des différents impérialismes faisant redouter une nouvelle escalade de guerres dans le monde. Alors que les travailleurs libanais sont frappés de plein fouet par une violente crise sociale et portent dans la rue des revendications légitimes, Emmanuel Macron a déclaré lors d’une conférence de presse que « la France sera […] là pour organiser l’aide internationale aux côtés de l’Union européenne, des Nations unies et avec le soutien de la Banque mondiale » toute en appelant « les dirigeants, les forces politiques libanaises » qui « ont aujourd’hui une démonstration à faire, celle de leur capacité à […] répondre » au « changement profond […] attendu » et que la France « serait là en soutien avec l’ensemble des dirigeants. » Outre les polémiques provoquées par Donald Trump autour de l’application TikTok, les relations sino-américaines peuvent dégénérer en un conflit suite aux tensions diplomatiques qui se cristallisent entre les 2 puissances en mer de Chine méridionale selon le premier ministre australien et les think tanks et officiers chinois. Cette zone stratégique est un carrefour commercial incontournable et recèle également des gisements pétroliers et gaziers importants.

Pour les jeunes, le monde d’après promet également d’être plus belliqueux et violent.

Ainsi la rentrée 2020 s’annonce sous les auspices de ce « monde d’après » tant vanté par Emmanuel Macron et qui promet une intensification de la précarité, du chômage, de la destruction du tissu industriel et de la casse des services publics et des libertés démocratiques. Pour en finir avec la politique réactionnaire de la bourgeoisie monopoliste et de construire une véritable alternative politique, impliquant d’en finir avec le capitalisme-impérialisme pour bâtir le socialisme-communisme, il est nécessaire que les jeunes travailleurs, les étudiants et les lycéens se mobilisent à leur tour derrière le peuple-travailleur pour la défense des services publics, de l’emploi, de la retraite par répartition, de l’assurance chômage, de la sécurité sociale, de la justice fiscale, des libertés démocratiques, du tissu industriel et de la paix. C’est pour cette raison que le 17 septembre 2020 nous appelons tous les jeunes travailleurs, étudiants et lycéens à se mobiliser aux côtés des travailleurs afin de renforcer le mouvement contre la politique des monopoles capitalistes. Le « monde d’après » est fait de luttes : nous n’avons rien à perdre que nos chaînes et nous avons un monde à gagner.

Vicken