Articles

Le régime de Suga et la renaissance du militarisme au Japon


Le 16 septembre 2020, Yoshihide Suga a succédé à Shinzō Abe au rang de Premier ministre du Japon. Dès son arrivée au pouvoir, Yoshihide Suga a annoncé la couleur de son gouvernement en faisant une offrande au sanctuaire Yasukini1, sanctuaire spécialement dédié aux soldats japonais morts entre 1868 et 19542. Or cette période recouvre la totalité de l’existence de l’Empire du Japon, État militariste et nationaliste, célèbre pour la constitution de son empire colonial en Asie de l’est et du sud-est et pour avoir rejoint l’Axe lors de la Seconde Guerre mondiale. L’hommage de Yoshihide Suga aux soldats japonais morts durant cette période, dans des guerres de conquête n’ayant pour but que la soumission des peuples à l’Empire du Japon, s’apparente alors à une apologie du militarisme, de l’expansionnisme, du colonialisme et du fascisme.

Des hommes portant des uniformes de soldats impériaux visitent le sanctuaire Yasukini. L’un d’eux brandit le drapeau de l’armée impériale japonaise.

Rapidement, et sans surprise, le régime de Suga a mis en place une politique d’accroissement de la puissance militaire du Japon : introduction de nouveaux navires Aegis3, développement d’avions furtifs de dernière génération4, de missiles supersoniques et d’armes laser5, budget record de 52 milliards de dollars pour la Défense6, etc. Politique justifiée par les “menaces” posées par la Chine, la Russie et la RPDC et la nécessité de gagner la suprématie militaire sur les pays voisins7.

Ainsi, loin de s’excuser pour son passé, l’impéralisme japonais en fait l’apologie et s’en inspire, ravivant le militarisme dans son accroissement intensif de ses forces de défense, mais également d’attaque par l’accumulation d’armes visant à permettre “d’attaquer des bases ennemies”8. Nostalgique de son passé, le Japon n’a que faire de sa Constitution et des conventions internationales qui prévoient que la force militaire japonaise soit strictement limitée à la défense, développant ses capacités d’attaque et d’agression tout en se réfugiant derrière l’excuse absurde que le Japon nécessite une puissance d’attaque suffisante afin de “prévenir des invasions”9, alors même que l’attitude du Japon et toute son histoire démontre que c’est bien lui qui se réjouirait d’envahir ses voisins.

Cette montée du militarisme au Japon ne peut mener qu’à une accentuation des tensions en Asie de l’est, en particulier avec les impérialismes chinois et russe que l’impérialisme japonais souhaite concurrencer directement par la force militaire. Sa mention de la RPDC comme “menace” afin de justifier cette montée du militarisme est également absurde, la RPDC étant le pays menacé par le Japon qui omet de rappeler que c’est lui qui a annexé et exploité la Corée pendant 35 ans, de 1910 à 194510.

Derrière ses beaux souhaits de paix pour le Japon et le monde11, l’impérialisme japonais ne peut cacher son histoire qui l’inspire tant ni sa volonté de dominer militairement l’Asie de l’est. Tous les défenseurs de la paix et les communistes doivent dénoncer l’attitude du Japon et soutenir la RPDC, elle véritable défenderesse de la paix, qui est directement menacée par le Japon qui regrette l’époque où la Corée était sous domination japonaise.

Rox

 


1Korean Central News Agency, “KCNA Commentary on Japan’s Move for Reviving Militarism” [en ligne]. uriminzokkiri.com. Uriminzokkiri, 29 octobre 2020 [consulté le 6 février 2021]. Disponible sur : http://uriminzokkiri.com/index.php?lang=eng&ptype=cfonew&stype=0&mtype=view&no=31191

2“Yasukini Shrine” [en ligne]. wikipedia.com. Wikipedia [consulté le 6 février 2021]. Disponible sur : https://en.wikipedia.org/wiki/Yasukuni_Shrine

3Korean Central News Agency, “KCNA Commentary Brands Japan as Peace Wrecker” [en ligne]. uriminzokkiri.com. Uriminzokkiri, 4 novembre 2020 [consulté le 6 février 2021]. Disponible sur : http://uriminzokkiri.com/index.php?lang=eng&ptype=cfonew&stype=0&mtype=view&no=31275.

4Korean Central News Agency, “KCNA Commentary on Japan’s Dangerous Moves for Overseas Expansion” [en ligne]. uriminzokkiri.com. Uriminzokkiri, 10 novembre 2020 [consulté le 6 février 2020]. Disponible sur : http://uriminzokkiri.com/index.php?lang=eng&ptype=cfonew&stype=0&mtype=view&no=31359

5Korean Central News Agency, “KCNA Commentary on Japan’s Sinister Intention of Continental Aggression” [en ligne]. uriminzokkiri.com. Uriminzokkiri, 29 janvier 2021 [consulté le 6 février 2020]. Disponible sur : http://uriminzokkiri.com/index.php?lang=eng&ptype=cfonew&mtype=view&no=32767

6“Le Japon rend public un budget défense record pour 2020/2021” [en ligne]. revue-internationale.com. La Revue Internationale, 5 octobre 2020 [consulté le 6 février 2020]. Disponible sur : https://www.revue-internationale.com/2020/10/le-japon-rend-public-un-budget-defense-record-pour-2020-2021/

7Korean Central News Agency, “ KCNA Commentary Brands Japan as Peace Wrecker”, op. cit.

8Korean Central News Agency, “KCNA Commentary on Japan’s Dangerous Moves for Overseas Expansion”, op. cit.

9Ibid.

10“Korea under Japanese rule” [en ligne]. wikipedia.com. Wikipedia [consulté le 6 février 2021]. Disponible sur : https://en.wikipedia.org/wiki/Korea_under_Japanese_rule

11Korean Central News Agency, “KCNA Commentary on Japan’s Move for Reviving Militarism”, op. cit.