Articles

Stonewall était une émeute : pour un pride month révolutionnaire, contre la récupération capitaliste

Le mois de juin est célèbre pour être le “pride month”, le mois des fiertés. Un mois pour la reconnaissance des droits et de l’égalité des personnes LGBT+, un mois contre les discriminations et les diverses phobies que ces personnes subissent. Car c’est un fait : les personnes LGBT+ sont plus susceptibles de subir la discrimination à l’embauche, la pauvreté et la précarité, le rejet de leurs proches et de la société en général ; certaines personnes LGBT+ sont même agressées, violées voire assassinées pour ce qu’elles sont. La lutte des personnes LGBT+ est légitime et nécessaire, et elle doit continuer.

Mais depuis un certain temps, en particulier depuis ces dernières années, un phénomène se produit en Europe occidentale et en Amérique du Nord : les capitalistes, plutôt que de riposter de front contre les luttes des personnes LGBT+, vont dans leur sens jusqu’à s’approprier leurs luttes.

Une bonne chose, pourrait-on peut-être penser : les personnes LGBT+ forcent les capitalistes à les accepter. Mais observons quelle forme cela prend : tous les mois de juin, nous voyons les capitalistes colorer leurs logos en arc-en-ciel, envoyer des messages d’inclusion, vendre des produits visant les personnes LGBT+ ; mais aussi, dans certains cas, des prides sponsorisées par ces mêmes capitalistes avec de grandes banderoles portant non pas des messages ou des mots d’ordre de lutte, mais les logos et symboles de leurs monopoles, comme s’il s’agissait de panneaux publicitaires.

« Pride© by Microsoft »

Peut-on crier victoire ? Les capitalistes, voyant les personnes LGBT+ avancer dans leurs luttes, se les ont appropriées ; le mois de juin, mois des fiertés, mois de lutte, est désormais un mois pendant lequel les capitalistes peuvent redorer leur image et s’attirer des clients. Si c’est une victoire, quelle victoire est-ce donc, que celle où une lutte est assimilée, neutralisée et utilisée à l’avantage de l’ennemi ?

Une victoire bien fausse et bien triste, et qui ne concerne qu’une seule partie du monde : les capitalistes agitent le drapeau arc-en-ciel en Occident, là où les luttes LGBT+ ont le plus avancé, mais s’occupent bien de le cacher, voire de le déchirer et de le brûler, là où, à l’inverse, elles ont le moins avancé. Les capitalistes agitent le drapeau arc-en-ciel quand et là où cela leur profite. Et c’est bien tout ce qu’ils font : l’agiter et s’agiter. Car lorsqu’il s’agit des droits, des emplois et de la vie même des personnes LGBT+, soudainement les capitalistes et leurs gouvernements sont beaucoup plus hésitants et récalcitrants à agir concrètement et changer positivement les choses.

Stonewall, parfois considérée comme étant la première pride, était une émeute. C’était une révolte des personnes LGBT+ contre un système qui ne veut pas d’eux, qui les rejette. C’était une révolte pour combattre ce système, pour combattre pour leurs droits et pour leur existence même. Cette révolte doit être un héritage et un exemple, car les faits sont clairs et évidents : face aux personnes LGBT+, les capitalistes ne vont que les rejeter ou profiter d’elles.

 

Manifestation à New York, peu de temps après les émeutes de Stonewall, été 1969. Sur la banderole : « Stonewall signifie : contre-attaquez ! Détruisez l’oppression contre les gays ! Caucus gay contre la guerre et le fascisme »

Aujourd’hui comme hier, nous devons continuer nos luttes, nous devons continuer nos révoltes. Notre vraie émancipation ne se fera pas avec les capitalistes : tant que la société sera la leur, nous serons en danger. N’oublions jamais que l’oppression et les discriminations que nous pouvons subir, ils en sont aussi à l’origine et ils en profitent, et que les droits qu’ils nous cèdent parfois ne sont que des écrans de fumée, des concessions qu’ils pourront reprendre à tout moment. Continuons à lutter et à nous battre pour nos droits, pour l’égalité, pour notre existence ! Contre les capitalistes et leur système qui ne veut pas de nous ou qui profite de nous, ensemble avec tous ceux qu’ils exploitent et qu’ils rejettent !

Rox