Articles

L’immunité diplomatique : l’un des nombreux privilèges des agents des capitalistes

Depuis la convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 8 avril 1961, l’immunité diplomatique protège toute personne envoyée en mission diplomatique. Cette protection empêche la justice d’un pays d’engager toutes poursuite judiciaires contre le protégé Cette disposition est mise en place pour assurer la bonne tenue de toutes les missions diplomatiques. Dans ce sens une ambassade ne peut être perquisitionnée, une valise diplomatique ne peut être fouillé ou passée au rayon X. Jusqu’ici nous dirons que cette protection est juste et compréhensible.

Toutefois cette protection protège l’individu de toutes poursuites en cas d’infraction, de délit ou de crime. Ainsi un diplomate peut stationner sa voiture sur une place handicapé ou rouler à 120 km/heure sur un voie de bus sans être inquiété d’un PV en conséquences. Ici nous commençons à ne plus comprendre pourquoi ces personnes sont autant protégées. Encore plus incompréhensible, cette protection s’étend à la famille de l’agent diplomatique (conjoint et enfants) alors qu’ils ne sont pas missionnés par un État mais accompagnent le missionné. C’est à partir de ce moment que nous nous rendons compte des abus monstrueux perpétrés par ces gens et que nous comprenons pourquoi ils ne sont pas poursuivis. Nous avons déjà évoqué les infractions au code de la route, mais ils ne s’arrêtent pas là. À Genève, ville où il y a le plus de diplomates au monde, le Syndicat sans frontières accompagne les victimes de ces protégés internationaux à imposer justice pour leurs crimes. Le Syndicat sans frontières compte 280 dossiers de domestiques réduits en esclavage par des ambassadeurs et leurs familles à leurs domiciles privés ! Car oui, il n’y a pas que l’ambassade qui est protégée par l’immunité diplomatique, mais aussi les résidences des diplomates.

Mais alors qu’elle est la vraie nature de l’immunité diplomatique ? C’est un privilège accordé aux agents des États, eux-mêmes luttant pour l’intérêt de la classe bourgeoise nationale de chaque pays du monde. Dans le cadre de sa dictature féroce le camp capitaliste graisse ses agents pour montrer aux travailleuses et aux travailleurs du monde entier qui domine. La classe bourgeoise, lors de ses révolutions, a certes détruit les privilèges féodaux, mais c’était aussi pour mieux mettre en place les siens !

Franz