Articles

Éric Zemmour falsificateur : comment le capitalisme alimente l’obscurantisme

Si aujourd’hui le « monde d’après » éclot enfin, il se révèle être porteur d’une intensification inédite des régressions d’ordre politique et médiatique. L’élection présidentielle de 2022 voit l’émergence de la candidature d’Éric Zemmour. Inédite car ce dernier a fait planer des doutes sur ses intentions, il n’a exercé aucun mandat politique et il a été propulsé en si peu de temps à une bonne position dans les intentions de votes. Par ailleurs, sa candidature inspire diverses réactions du monde politique et crispe les passions de larges segments de la population. Le fantôme d’Éric Zemmour hante les combles de la prochaine échéance électorale.

Éric Zemmour est connu pour ses positions ultra-réactionnaires voire fascistes. Défendant notamment la thèse fallacieuse du « grand remplacement », le rôle avant tout reproducteur et maternel des femmes, la réhabilitation du régime de Vichy ou encore l’idée d’une guerre entre la civilisation judéo-chrétienne et la civilisation musulmane, c’est une personnalité qui veut fédérer les réactionnaires, fascistes et courants d’extrême-droite. Usant d’abondantes références, il est présenté sur les médias comme un homme cultivé et informé. Pourtant, ses références sont dépassées voire même falsifiées.

D’abord, Éric Zemmour a affirmé plusieurs fois que le régime de Vichy a protégé « 95% des juifs français » durant le second conflit mondial. Selon Laurent Joly, historien de la Shoah et directeur de recherche au CNRS, le régime de Vichy ciblait principalement les Juifs étrangers en 1940, « avec une loi qui les internait et des premières rafles en 1941 qui les visaient ». Un basculement s’opère en 1942 avec l’élaboration de la « Solution finale », à laquelle le régime de Vichy va activement participer pour « mener une politique antisémite propre qui vise à se débarrasser du maximum de Juifs ». Toujours selon Laurent Joly, cette politique « n’a absolument pas été protectrice des Juifs français, puisque dès la rafle du Vel’ d’Hiv’, 3 000 enfants français ont été arrêtés. » Ce qui fait que 80% des enfants juifs lors de cette rafle étaient français.

Ensuite, Éric Zemmour, pour servir son discours liant immigration avec décadence et délinquance, a déclaré que le territoire français « renoue dans les villes, [et] dans les campagnes, avec les grandes razzias, les pillages d’autrefois, les Normands, les Huns, les Arabes ». C’est de la malhonnêteté intellectuelle car,les tribus germaniques et les Huns au cours des « grandes invasions » ont migré dans l’Empire romain, et non envahi, pour s’assimiler à la culture romaine tout en apportant beaucoup à ce monde romain sur le déclin ; les raids vikings s’inscrivaient dans la logique économique des peuples scandinaves, quand ces derniers ne commerçaient pas, tout en se plaçant dans une logique d’assimilation pour obtenir des terres ; et la bataille de Poitiers en 732 n’est pas la fin d’une guerre de conquêtes mais d’une série de razzias lancée par les Omeyyades, alors sur le repli.

Pour finir, Éric Zemmour, adepte de la théorie du « choc des civilisations », se revendique du professeur de science politique à l’origine de ce concept Samuel Phillips Huntington. Ayant déclaré avoir découvert « le moins connu mais encore plus brillant Qui sommes-nous ? » et la « longue tirade » sur la France qui l’avait « frappé par son désespoir qui avait précédé le [sien] », il prétend l’avoir repris dans son livre « La France n’a pas dit son dernier mot ». Cependant cette citation ne se trouve ni dans « Qui Sommes-Nous? », ni dans le « Choc des Civilisations », mais bien dans l’espace des commentaires du réseau Babelio. Le directeur de Sciences Po Toulouse, Éric Darras, ne se trompe pas quand il parle d’Éric Zemmour comme d’un « médiocre », voire d’un « indigent » d’un point de vue intellectuel. Plus que le fascisme, Éric Zemmour personnifie un phénomène inquiétant qui gagne en importance à mesure du développement du capitalisme : l’obscurantisme.

Sur le fond de la précarisation croissante du travail, de l’aggravation des difficultés rencontrées par les étudiants, de l’accentuation de la casse des services publics, du renforcement du caractère toujours plus autoritaire de l’État bourgeois dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, ainsi que de la dislocation du système politique bourgeois, l’obscurantisme gagne toujours plus de terrain. Étant non seulement un produit la crise générale du capitalisme, il est aussi un instrument de la dictature bourgeoise pour désarmer les jeunes travailleurs et étudiants, ainsi que pour renouveler le système de domination politique et idéologique du grand capital. Comme d’autres, Éric Zemmour démontre que la réaction, le fascisme et le désarmement politique des travailleurs et des travailleuses vont de pair avec l’obscurantisme.

Une fois de plus, le capitalisme montre qu’il constitue LE problème et non la solution à l’obscurantisme et à l’abrutissement généralisé des jeunes. Pourtant, sans l’épistémologie, le rationalisme et les sciences, pas de théorie révolutionnaire. Et « sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire » (Lénine – Que faire ?). La destruction révolutionnaire du capitalisme et l’édification d’un monde et d’un avenir meilleurs ne pourront se faire sans la réappropriation totale des sciences et de l’épistémologie par les jeunes travailleurs et les étudiants, ainsi que de leur utilisation dans la structuration, l’organisation, l’activité et l’armement idéologique de la lutte contre le capitalisme et la dictature de la bourgeoisie.

Vicken


Sources :

https://www.france24.com/fr/20201003-il-y-a-80-ans-le-statut-des-juifs-en-france-un-premier-pas-vers-la-politique-du-pire

https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/histoire/vrai-ou-fake-le-regime-de-vichy-a-t-il-vraiment-protege-les-juifs-francais_4791205.html

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20140517.RUE3836/monsieur-zemmour-cessez-donc-d-accabler-les-barbares.html