Articles

Ukraine : face à l’escalade des tensions, refusons la guerre impérialiste !

Le 24 février au petit matin, 3 jours après avoir reconnu l’indépendance des dites « républiques populaires » de Donetsk et de Lougansk, la Russie a lancé une intervention militaire en Ukraine prétextant, selon les mots du président Vladimir Poutine, la volonté de « protéger les personnes victimes de génocide de la part de Kiev » et d’« arriver à une dénazification de l’Ukraine. » Cette « intervention militaire », qualifiée d’« invasion » par les médias occidentaux, a déjà fait de nombreuses victimes civiles, alors même que les forces militaires russes affirment ne viser que des points militaires stratégiques, et a dejà causé la fuite de plus de 100 000 civils ukrainiens, qui ont abandonné leur foyer pour se rendre dans des pays frontaliers comme la Pologne, la Moldavie ou encore la Hongrie. Retranché à Kiev, le président Volodymyr Zelensky, autodésigné comme étant la « cible numéro 1 », a quant à lui décrété la mobilisation générale et a interdit à tous les hommes âgés de 18 à 60 ans de quitter le pays.

Cependant, cette escalade des tensions n’est malheureusement pas une surprise : depuis la dislocation de l’URSS, l’Ukraine est un véritable point d’accroche entre les impérialismes occidentaux et l’impérialisme russe, chacun souhaitant attirer l’Ukraine dans sa sphère d’influence. Vacillant tantôt vers l’un, tantôt vers l’autre, l’Ukraine est résolument pro-Europe et pro-OTAN depuis l’Euromaïdan de 2014. Malgré tout, la Russie avait alors ouvertement affiché, avec la signature des accords de Minsk la même année, une volonté de dialogue et de résolution diplomatique de la crise en Ukraine.

 

 

Pourtant, les États de l’OTAN continuaient malgré tout à mener des exercices militaires près de la frontière russe, ce qui a très rapidement poussé la Russie à mener des exercices militaires conjoints avec la Biélorussie. Profitant de l’escalade des tensions entre l’armée ukrainienne et les séparatistes des régions pro-russes du Donbass, les « républiques populaires » de Donetsk et Lougansk, depuis 2021, la Russie a finalement rompu les accords de Minsk en déclarant l’indépendance de ces dernières pour rapidement faire suivre cette déclaration d’une intervention militaire en Ukraine, très probablement, au mieux afin d’y installer un gouvernement pro-Russie, au pire afin de l’annexer.

La volonté, tant pour les impérialismes occidentaux que l’impérialisme russe, de récupérer l’Ukraine dans sa sphère d’influence, s’explique notamment par le fait que ce pays est très riche d’intérêts pour eux : l’Ukraine est un des plus gros producteurs et exportateurs de produits agricoles au monde, le pays est riche en ressources minières vitales pour le fonctionnement des industries, et il est bordé au sud par la mer Noire, occupant une position stratégique face à l’émergence de l’impérialisme turc. L’intervention militaire de la Russie en Ukraine traduit ainsi l’aiguisement d’un affrontement interimpérialiste autour de ce pays, et plus largement de cette région, entre l’impérialisme russe et le bloc impérialiste occidental.

Cependant, que ce soit en Ukraine, en Russie, dans les pays occidentaux, et partout ailleurs dans le monde, ce sont nous, les peuples travailleurs, qui payons les pots cassés des choix politiques de nos dirigeants et de leurs monopoles : morts, destructions, déplacements forcés, sanctions économiques, montée générale des prix, c’est nous qui subissons le plus les effets des conflits et des guerres menés pour le seul profit des capitalistes-impérialistes.

 

Dans un monde dominé par les impérialistes qui se battent sans cesse pour le partage du monde, nous ne pouvons espérer la paix et la fraternité qu’ils essayent de nous vanter. La guerre en cours en Ukraine, si proche de nous, nous le rappelle très bien, mais n’oublions pas non plus la guerre au Yémen ou en Syrie, ou le pillage incessant de l’Afrique, ou les déstabilisations et coups d’États en Amérique latine, etc. La paix entre les peuples travailleurs d’Europe et du monde, seule la défaite définitive du capitalisme et de l’impérialisme et leur remplacement par le socialisme puis le communisme pourront la garantir.

Fidèle aux principes de l’internationalisme prolétarien, l’Union de la Jeunesse Communiste (UJC) condamne fermement les actions tant de l’impérialisme russe que du bloc impérialiste occidental, appelle à dénoncer et à sortir de l’OTAN, et à intensifier la lutte contre le capitalisme et l’impérialisme pour véritablement construire une paix et une fraternité durables entre les peuples travailleurs d’Europe et du monde.