Articles

Non à la criminalisation du soutien au peuple palestinien : leurs luttes sont nos luttes, mobilisons-nous !

Le 24 février, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, annonçait, sur demande d’Emmanuel Macron lui-même, la dissolution du Collectif Palestine Vaincra. Quelques semaines plus tard, le 9 mars, le même Gérald Darmanin annonçait la dissolution du Comité Action Palestine.

Ces dissolutions sont justifiées officiellement car ces associations seraient à l’origine “d’appels à la haine, à la violence et à la discrimination” ; le gouvernement est allé jusqu’à les accuser de “provocations à des actes terroristes”. Pourtant, les faits démontrent que ces accusations sont infondées : si ces associations sont bien responsables de quelque chose, c’est d’appeler à soutenir le peuple palestinien et à refuser la politique d’Israël de colonisation et d’annexion de la Palestine.

Cependant, ces dissolutions interviennent dans un contexte où elles sont pratiquemment naturelles. Les liens entre Israël et les impérialismes occidentaux tendent en effet à se renforcer de plus en plus jusqu’à aller à l’encontre du droit international, en démontre le dépacement de l’ambassade des États-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem en 2018, après lequel l’armée israélienne n’a pas hésité à tuer des dizaines de manifestants palestiniens dans l’indifférence générale1. Récemment, c’était à l’État français lui-même de s’aligner sur cette position, le gouvernement ayant affirmé à demi-mot que Jérusalem était la capitale une et unique d’Israël2, démontrant une fois de plus son soutien à Israël et son opposition aux revendications du peuple palestinien.

Ces revendications n’ont pourtant rien de criminel, les palestiniens et leurs soutiens n’ont rien de terroristes : opposition à la colonisation, à l’oppression, à l’occupation, à la répression, aux massacres, aux bombardements… Voilà le visage de la lutte du peuple palestinien et de la lutte pour le peuple palestinien. Des luttes que l’État français refuse de voir être menées et décide de criminaliser.

C’est pour ces luttes et contre l’offensive ouverte de l’État français que nous devons nous mobiliser ; du 15 au 25 avril avec les rassemblements et manifestations organisés par le Comité contre la dissolution du Collectif Palestine Vaincra ainsi que par le Réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, mais aussi au-delà3.

Dissolus ou non, leurs luttes ne s’éteindront jamais et nous continuerons à les mener. Soutien au Collectif Palestine Vaincra et au Comité Action Palestine ! Soutien au Comité contre la dissolution du Collectif Palestine Vaincra et à Samidoun !

La lutte du peuple palestinien est notre lutte : celle contre l’oppression, la répression et l’impérialisme. Elles n’ont de criminel que de s’opposer aux criminels !

Rox


1 “Inauguration de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, flambée de violence à Gaza” [en ligne]. TV5 Monde, 14 mai 2018, mis à jour le 24 décembre 2021 [consulté le 17 avril 2022]. Disponible sur : https://information.tv5monde.com/info/inauguration-de-l-ambassade-des-etats-unis-jerusalem-flambee-de-violence-gaza-237029

2Vous connaissez mon attachement à Jérusalem. Jérusalem est la capitale éternelle du peuple juif. Je n’ai jamais cessé de le dire.

“Discours de Jean Castex au 36ème dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France”. Gouvernement, Discours et rapports, 25 février 2022. Disponible sur : https://www.gouvernement.fr/discours/12716-discours-de-jean-castex-au-36eme-diner-du-conseil-representatif-des-institutions-juives-de-france

3 Voir par exemple l’appel à la mobilisation pour la libération des prisonniers palestiniens lancé par Samidoun, disponible au lien suivant : https://samidoun.net/2022/04/call-to-action-10-days-of-struggle-for-palestinian-prisoners-liberation-15-to-25-april-2022/