Articles

Renforçons la mobilisation contre la réforme des retraites !

La mobilisation contre la réforme des retraites se renforce à mesure que le gouvernement reste droit dans ses bottes et ne semble pas vouloir reculer. Partout on en parle, partout l’opinion publique soutient en majorité le mouvement contre cette réforme qui veut détruire notre droit à la retraite. Car ce qui est en jeu, c’est notre droit social à pouvoir se reposer après des années de travail.

Les jeunes sont concernés par cette réforme, contrairement aux dires du gouvernement et de ses larbins médiatiques. Comme à chaque fois, les capitalistes veulent nous faire croire que les jeunes ne doivent pas se sentir concernés et ne doivent pas se mobiliser. Or si cette réforme des retraites passe, même avec la fameuse « clause du grand-père » (pour celles et ceux qui entrent sur le marché du travail après la réforme), nous sommes les premiers affectés. L’argument « la retraite c’est dans longtemps » ne doit pas nous faire oublier que nous cotisons en travaillant, or le système de retraite à point n’assure pas du tout une retraite stable et confortable.

C’est donc notre avenir qui est en jeu. Mais le capitalisme ne propose rien de bon pour notre avenir hormis le chômage, la précarité, la galère, la souffrance, la pénibilité, le manque de reconnaissance, les guerres, la destruction de l’environnement, etc.

Dans l’éducation, les capitalistes réforment à tout-va et nous imposent leurs logiques de profit. C’est une école de classe de plus en plus pour les enfants de la bourgeoisie et qui exclut socialement les jeunes issus des milieux populaires. Parcoursup est révélateur de cela, dans la mesure où la jeunesse populaire a de grandes difficultés pour accéder aux études supérieures. Dans le même temps, c’est tout le système éducatif qui se dégrade en qualité et qui se privatise de plus en plus, la perspective étant une éducation payante et totalement aseptisée.

Au quotidien, la crise générale du capitalisme s’amplifie et ses effets se font ressentir : hausse du chômage chez les jeunes, précarité de plus en plus forte, conditions de vie et de travail qui se dégradent partout. Tout ceci pour les profits des patrons.

Ce que les capitalistes proposent aux jeunes c’est la docilité et l’humiliation (pensons aux lycéens de Mantes-la-Jolie). Mais c’est aussi la militarisation croissante de la jeunesse, avec le SNU (Service National Universel) et le recrutement actif dans l’armée de terre (propagande dans l’espace public). Mais tout ceci est fait pour renforcer un système qui nous exploite, qui nous brime, qui dégrade nos conditions de vie, qui nous tue et qui opprime nos frères et sœurs de classe dans le monde (impérialisme et présence française dans le monde, en Afrique notamment).

Ces conditions d’existence ne sont pas anodines et déconnectées les unes des autres. C’est tout un système économique et social capitaliste qui en est à la source et qui cause nos problèmes au quotidien.

Mais il n’y a pas de fatalité, avoir conscience du problème est déjà un premier pas pour le résoudre. La question c’est comment trouver une alternative au capitalisme, comment s’organiser pour abattre ce système injuste et qui ne répond pas à nos besoins.

Notre colère est légitime. Nous, jeunes, sommes une force si on se mobilise et si on se met en action. Pour cela il faut se mobiliser efficacement, et c’est en s’organisant qu’on le fera : seule la lutte organisée paie !

S’organiser, c’est avoir des mots d’ordres clairs et unifiés, une stratégie définie et des objectifs à court, moyen et long termes. S’organiser c’est s’entraider, organiser la solidarité en construisant des réseaux pour relier les luttes et savoir porter un mouvement vers l’avant, tout en comprenant comment agir selon les situations concrètes. Nous, Union de la Jeunesse Communiste, proposons de construire une organisation politique de combat de classe sur ces principes généraux, afin de combattre les capitalistes et leur gouvernement Macron, et ainsi construire un mouvement pour une nouvelle société. Cette société sera socialiste-communiste, c’est-à-dire qu’elle abolira la propriété privée des moyens de production et organisera la société pour répondre aux besoins sociaux des individus. Cette société créera les conditions pour une démocratie des travailleurs et des travailleuses, et les jeunes auront toute leur place dans ce processus d’avenir.


Jeunes lycéens, jeunes étudiants, jeunes travailleurs et travailleuses : nous sommes les travailleurs et les travailleuses de demain ! C’est nous qui allons produire les richesses du pays, sans nous rien ne tourne !

Les capitalistes ont peur d’une mobilisation politique de la jeunesse, partout ils veulent nous dépolitiser et nous abrutir. Nous répondons par l’organisation et la lutte des classes !

Contre Macron et contre le capitalisme, contre leur réforme pourrie des retraites, pour notre avenir, organisons-nous, rejoins l’UJC !